Panier (vide) 0

Nouveautés

Toutes les nouveautés

En promo

Tous les produits en promotion

Meilleures ventes

Toutes les meilleures ventes
Promo !
Nouveau

Complément alimentaire pour la Mycose

M01
22,50 € TTC

Complément alimentaire pour la Mycose

  • Des conditions générales : abaissement des défenses immunitaires dû à l'état de santé du patient (sida, greffé.), élévation trop importante de la glycémie (les mycoses vaginales sont un des signes du mauvais contrôle du diabète, de même que la balanite du gland est un souvent signe d'un diabète méconnu).

L'infection se fait fréquemment suite à un contact direct : vestiaire, piscine, chaussures, vêtements, alimentation, rapports sexuels pour les formes génitales, limes contaminées.

 

Garanties sécurité (à modifier dans le module "Réassurance")

 

Politique de livraison (à modifier dans le module "Réassurance")

 

Politique retours

Composition: plantes bio : Fumeterre, calendula, thym, bardane

gélule végétale

Une mycose est une infection provoquée par une ou plusieurs espèces de micro-champignons parasites ou saprophytes. Elle concerne le plus souvent de petites zones de la peau et/ou des muqueuses.

Les indications données ici n’ont pas un but thérapeutique mais informatif. Elles ne valent en aucun cas prescription médicale et ne peuvent se substituer à une ordonnance. Pour confirmer les usages de ce produit, veuillez prendre conseil auprès d’un professionnel de santé.

Calendula, Fumeterre, thym, bardane

 

Calendula, souci officinal,

Plante de prédilection de la phytothérapie, reconnu pour ses vertus calmantes et cicatrisantes, le souci officinal est un remède souverain pour les petits problèmes cutanés. Il soulage également les troubles gastriques, les affections hépatiques, les inflammations de la gorge et de la bouche ou encore les douleurs prémenstruelles.

 

Utilisation interne

Surtout utilisé par voie externe, le Calendula officinalis permet également quelques applications internes.

·Gynécologie : régularise les cycles menstruels.

·Problèmes hépatiques : actions drainante et purifiante (nettoyage du foie).

·Troubles digestifs : soulage les inflammations gastriques.

·Agit également sur la fièvre, les maux de gorge et de bouche et renforce le système immunitaire.

 

Utilisation externe

Prioritairement en dermatologie, contre les problèmes cutanés bénins.

·Action adoucissante, hydratante : peaux sèches et réactives, peaux délicates (bébés et jeunes enfants).

·Action calmante, régénérante, antioxydante : écorchures, coupures, gerçures, crevasses, feu du rasoir, coups de soleil.

·Action nettoyante, antibactérienne, cicatrisante : petites plaies (même infectées, notamment par le staphylocoque doré), eczéma, psoriasis, acné, furoncles, ulcères, mycoses.

·Action anti-inflammatoire, anti-oedémateuse, antidouleur : brûlures légères, piqûres d'insectes, urticaires, contusions.

·En ophtalmologie : conjonctivites.

Indications thérapeutiques usuelles

Problèmes cutanés bénins : petites plaies, érythèmes fessiers, croûtes de lait (bébés), crevasses, gerçures, dartres, écorchures, coupures, coups de soleil, piqûres d'insectes, feu du rasoir, eczéma, psoriasis, mycoses, aphtes.

Autres indications thérapeutiques démontrées

Troubles digestifs (gastrites), problèmes hépatiques, douleurs menstruelles, dérèglement du cycle, fièvre, douleurs musculaires.

 

Utilisation interne

 

Surtout utilisé par voie externe, le Calendula officinalis permet également quelques applications internes.

·Gynécologie : régularise les cycles menstruels.

·Problèmes hépatiques : actions drainante et purifiante (nettoyage du foie).

·Troubles digestifs : soulage les inflammations gastriques.

·Agit également sur la fièvre, les maux de gorge et de bouche et renforce le système immunitaire.

 

Utilisation externe

 

Prioritairement en dermatologie, contre les problèmes cutanés bénins.

·Action adoucissante, hydratante : peaux sèches et réactives, peaux délicates (bébés et jeunes enfants).

·Action calmante, régénérante, antioxydante : écorchures, coupures, gerçures, crevasses, feu du rasoir, coups de soleil.

·Action nettoyante, antibactérienne, cicatrisante : petites plaies (même infectées, notamment par le staphylocoque doré), eczéma, psoriasis, acné, furoncles, ulcères, mycoses.

·Action anti-inflammatoire, anti-oedémateuse, antidouleur : brûlures légères, piqûres d'insectes, urticaires, contusions.

·En ophtalmologie : conjonctivites.

Indications thérapeutiques usuelles

Problèmes cutanés bénins : petites plaies, érythèmes fessiers, croûtes de lait (bébés), crevasses, gerçures, dartres, écorchures, coupures, coups de soleil, piqûres d'insectes, feu du rasoir, eczéma, psoriasis, mycoses, aphtes.

 

Autres indications thérapeutiques démontrées

Troubles digestifs (gastrites), problèmes hépatiques, douleurs menstruelles, dérèglement du cycle, fièvre, douleurs musculaires.

L'usage par voie interne (infusion, teinture mère) ne doit pas être prolongé plus de deux semaines sans l'avis d'un médecin ou d'un spécialiste en phytothérapie.

 

Contre-indications

Usage interne interdit aux femmes enceintes ou allaitantes et aux enfants de moins de 6 ans.

 

Effets indésirables

Une application prolongée de certaines préparations contenant de l'alcool (teinture mère) peut engendrer des irritations. Par ailleurs, des réactions allergiques sont possibles chez les sujets sensibles aux plantes de la famille des astéracées.

Interactions avec des plantes médicinales ou des compléments

Pas d'interaction connue.

Interactions avec des médicaments

Pas d'interaction connue.

 

Fumeterre

La fumeterre ( Fumaria officinalis ) est utilisée depuis l'Antiquité pour lutter contre les affections du foie, les maladies de peau, les tumeurs, les migraines ou pour ses vertus dépuratives. En règle générale, elle est utilisée comme régulateur du foie et pour son action positive sur la vésicule biliaire.

Utilisation interne

Dépurative (essentiellement digestive), apéritive, tonique, stomachique et cholérétique.

 

Antispasmodique : sphères digestive et dermatologique. Effet inotrope sur le myocarde. Hypertensive. Stimulant respiratoire. Amphocholérétique : régularisation de la production de la bile. Anti-inflammatoire. Diaphorétique léger.

 

Utilisation externe

Maladies ou infections de la peau (dartres, eczéma).

 

Indications thérapeutiques usuelles

La fumeterre est un amphocholérétique, qui régule le fonctionnement du foie et qui intervient sur la vésicule biliaire. En permettant un fonctionnement harmonieux, elle prévient les calculs biliaires, favorise la digestion et elle limite la constipation ou les spasmes intestinaux. Elle facilite le drainage des toxines, permet d'atténuer les nausées des femmes enceintes et fait disparaître le teint brouillé.

 

Autres indications thérapeutiques démontrées

La fumeterre apaise l'eczéma et traite les croûtes de lait chez le nourrisson. Elle soulage les migraines d'origine hépatobiliaire, traite à long terme l’artériosclérose. C'est un diaphorétique léger qui favorise la transpiration et qui peut être utilisé en cas de fièvre. En application locale, son infusion peut soulager la conjonctivite.

La fumeterre est déconseillée aux personnes frêles. Il est recommandé de prendre un avis médical avant d'utiliser la fumeterre en préparations faites maison et de ne pas dépasser 6 g par jour.

Contre-indications

 

La fumeterre ne doit pas être utilisée par des personnes ayant une obstruction des voies biliaires, dans les cas des lithiases biliaires ou d'insuffisance hépatique importante. Elle est également contre-indiquée chez les personnes souffrant d'hypertension.

 

Effets indésirables

La fumeterre, en doses trop fortes, peut entraîner des diarrhées et des difficultés respiratoires.

 

Interactions avec des plantes médicinales ou des compléments

Les associations suivantes sont bénéfiques : fumeterre et boldo pour les digestions difficiles ; fumeterre et chardon-Marie ou artichaut pour les crises de foie ou les hépatites ; fumeterre et gingembre pour les nausées des femmes enceintes.

Interactions avec des médicaments

La fumeterre ne doit pas être associée aux antihypertenseurs diurétiques. Cette association pourrait déclencher une hypovolémie, une hypotension, ainsi que des difficultés pour le contrôle de l'hypertension.

 

Thym

Le thym, sous sa forme commune, est une plante importante de la pharmacopée, et particulièrement dans le Sud de la France où elle pousse naturellement. Outre son utilisation aromatique dans la cuisine provençale, ses vertus diverses sont à même de soulager une grande variété d'affections respiratoires et intestinales. Il constitue ainsi un anti-infectieux à large spectre et un stimulant de l'immunité.

Utilisation interne

·Soulage un large panel de pathologies respiratoires : calme les quintes de toux, notamment dans les affections de type coqueluche, bronchite, pleurésie, ainsi que d'autres de la sphère pulmonaire (emphysème par exemple) par son effet spasmolytique. On l'utilisera encore pour l'asthme ou le rhume des foins.

·Antiseptique et antifongique : soulage les inflammations de la sphère bucco pharyngée, caries, soins dentaires divers, sous forme de bains de bouche. : Diminue les sécrétions nasales ou rhinorrhées.

·Vertus spasmolytiques : soulager les dérèglements intestinaux tels que diarrhée, ballonnements, flatulences, colopathies diverses.

 

Utilisation externe

Sur de nombreuses pathologies dermatologiques, ses vertus antivirales, antimicrobiennes et antiseptiques sont mises à profit dans le traitement des mycoses, des plaies, de la gale, de l'herpès et, globalement, d'un large panel d'affections cutanées allant jusqu'au zona.

 

Indications thérapeutiques usuelles

Affections respiratoires et de la sphère ORL : asthme, bronchite, pleurésie, rhume des foins, coqueluche, angine, otite, emphysème, rhume, rhinite, rhinopharyngite. Dérèglements digestifs et intestinaux : ballonnements, diarrhée, flatulences, mais aussi ulcère à Helicobacter pylori . Affections cutanées : dermatite, couperose, gale, herpès, zona, varicelle, mycoses, plaies, piqûres d'insectes, pédiculose. Affections buccales et dentaires : caries, mauvaise haleine, stomatite, aphtes, gingivite.

 

Autres indications thérapeutiques démontrées

Depuis quelques décennies, les propriétés antivieillissement et antioxydantes du thym ont été mises en avant par les scientifiques. Certaines variétés de thym, dont le thym à paracymène, sont utilisées afin de soulager les affections ostéo-articulaires telles que les rhumatismes ou l'arthrose.

L'utilisation du thym en phytothérapie ne nécessite pas de précaution particulière ; il est, en outre, très peu allergène. On veillera toutefois à consulter un spécialiste pour l'utilisation de ses huiles essentielles.

 

Contre-indications

Les personnes sous traitement anticoagulant devront veiller à avoir une consommation relativement faible de thym, afin de limiter les apports de la vitamine K présente dans cette plante et qui participe au processus de coagulation du sang. Les personnes allergiques aux plantes de la même famille que le thym (comme la menthe) devront prendront des huiles essentielles avec précaution en cas de sensibilité croisée. D'une manière générale, l'utilisation des huiles essentielles est déconseillée aux femmes enceintes.

 

Effets indésirables

En dilution trop faible, l'huile essentielle peut être irritante pour les muqueuses fragiles. Elle peut être aussi très modérément hypertensive et on veillera donc à ses apports pour les personnes sous traitement anti-hypertensif.

 

Interactions avec d'autres plantes médicinales

Pas d'interactions connues.

Interactions avec des médicaments

Pas d'interactions connues.

 

Bardane

La bardane est une plante bisannuelle, originaire d'Asie et d'Europe. Elle est connue pour ses propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes. Elle présente des propriétés adoucissantes et peut avoir un effet positif sur les démangeaisons et l'inflammation. Réputée pour son action sur la peau, sa racine régule, également, la sécrétion de sébum. Dans la médecine traditionnelle chinoise ou indienne, cette plante était utilisée pour traiter les douleurs articulaires, les infections des voies respiratoires et les abcès. Plus tard, au cours du Moyen Age, les Européens utilisèrent la bardane de façon différente : elle permettait de lutter contre les problèmes rénaux ou liés à la vessie et agissait sur les problèmes de peau, les maladies vénériennes et les tumeurs cancéreuses.

Utilisation interne

Dépurative, détoxifiante : détoxifier, en stimulant les fonctions éliminatrices du foie et des reins, pour prévenir les affections de la peau. Apaise les douleurs intestinales. Diminue les rhumatismes et l'arthrose. Nette action anti-inflammatoire.

 

Utilisation externe

Agit sur les affections de la peau : eczéma, psoriasis, acné, abcès, furoncles, mycoses, dartres et irritations. Présente une action antivenimeuse : piqûres d'insectes. Freine la chute de cheveux.

 

Indications thérapeutiques usuelles

Infections de la peau et affections cutanées comme acné, eczéma, mycoses ou urticaire. Conseillée pour lutter contre les surcharges toxiniques. Possède une action anti-inflammatoire.

 

Autres indications thérapeutiques démontrées

Prévient certains calculs biliaires et rénaux et les rhumatismes. Un des composants de la bardane, l'inuline, stimule la fonction rénale.

Précautions d'emploi de la bardane

Il n'y a pas de précautions particulières pour la bardane. Toutefois, les jeunes enfants, les femmes enceintes ou allaitantes ne doivent pas consommer de préparation à base de bardane.

 

Contre-indications

La bardane est fortement déconseillée aux personnes qui souffrent de calculs urinaires, puisqu'en décoction ou en infusion, elle peut obstruer les voies urinaires, augmenter la pression et donc provoquer des douleurs importantes.

 

Effets indésirables

Les seuls effets indésirables signalés sont de très rares cas de réactions allergiques, chez des personnes souffrant d'allergies aux plantes de la famille des Astéracées.

Interactions avec des plantes médicinales ou des compléments

Aucune interaction n'a été rapportée, ni avec les feuilles ni avec la racine de bardane.

Interactions avec des médicaments

Théoriquement, il pourrait exister des interactions avec les médicaments anticoagulants ou ceux utilisés pour soigner le diabète, dont les effets pourront être accentués.